Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : crochach de milicia
  • crochach de milicia
  • : Quand ce crochet nous passionne, et nous Rassemble
  • Contact

Il est :

Recherche

jeux

Archives

Bonne visite

 

... entre les lignes et les photos de ce blog!
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 12:47
Repost 0
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 13:18

 

Sur le chemin près du bois
J’ai trouvé tout un trésor
Une coquille de noix
Une sauterelle en or
Un arc-en-ciel qu’était mort.

A personne je n’ai rien dit
Dans ma main je les ai pris
Et je l’ai tenue fermée
Fermée jusqu’à l’étrangler
Du lundi au samedi.

Le dimanche l’ai rouverte
Mais il n’y avait plus rien
Et j’ai raconté au chien
Couché dans sa niche verte
Comme j’avais du chagrin.

Il m’a dit sans aboyer:
“Cette nuit, tu vas rêver.”
La nuit, il faisait si noir
Que j’ai cru à une histoire
Et que tout était perdu.

Mais d’un seul coup j’ai bien vu
Un navire dans le ciel
Traîné par une sauterelle
Sur des vagues d’arc-en-ciel!

(René De Obaldia)

Repost 0
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 18:45

http://www.youtube.com/watch?v=gxvaiMXq3ts

le 03/09/2012

Repost 0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 10:59

Une Maman

Des milliers d’étoiles dans le ciel,
Des milliers d’oiseaux dans les arbres,
Des milliers de fleurs au jardin,
Des milliers d’abeilles sur les fleurs,
Des milliers de coquillages sur les plages,
Des milliers de poissons dans les mers,
Et seulement, seulement une maman.

André Bay

Repost 0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 10:53

POUR MON PERE

 

 Mon père aimé, mon père à moi,

Toi qui me fais bondir

Sur tes genoux

Comme un chamois,

 

Que pourrais-je te dire

Que tu ne sais déjà ?

 

Il fait si doux

Quand ton sourire

Eclaire tout

Sous notre toit !

 

Je me sens fort, je me sens roi

Quand je marche à côté de toi.

  

MAURICE CARÊME

 

 

J'offre ce poème à tous les papas

et même si le mien n'est plus de ce monde,

 j'ai une douce pensée pour lui.

 

Repost 0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 23:15

REFRAIN
Alouette, gentille alouette,
Alouette, je te plumerai.

Je te plumerai la tête (bis)
Et la tête, et la tête
Alouette, alouette, Ah

REFRAIN

Je te plumerai le bec (bis)
Et le bec, et le bec
Et la tête, et la tête
Alouette, alouette, ah

Continuons sur le même mode
Je te plumerai le cou (bis)

Je te plumerai le ventre (bis)

Je te plumerai le dos (bis)

Je te plumerai les ailes (bis)

Je te plumerai la queue (bis)

Je te plumerai les pattes (bis)

Repost 0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 17:03

La Cigale, ayant chanté
Tout l'Été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu'à la saison nouvelle.
Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l'Oût, foi d'animal,
Intérêt et principal.
La Fourmi n'est pas prêteuse ;
C'est là son moindre défaut.
« Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
— Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
— Vous chantiez ? j'en suis fort aise.
Eh bien !dansez maintenant. »

Repost 0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 17:01

Je suis la pendule, tic !

Je suis la pendule, tac !

On dirait que je mastique

Du mastic et des moustiques

Quand je sonne et quand je craque,

Je suis la pendule, tic !

Je suis la pendule, tac !

J'avance ou bien je recule,

Tic-tac, je suis la pendule,

Je brille quand on m'astique,

Je ne suis pas fantastique,

Mais je sais l'arithmétique,

J'ai plus d'un tour dans mon sac,

Je suis la pendule, tic!

Je suis la pendule, tac!

Pierre Gamarra


Repost 0
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 23:30

 

L'enfant qui a la tête en l'air 
Si on se détourne, il s'envole. 
Il faudrait une mais de fer 
Pour le retenir à l'école. 

L'enfant qui a la tête en l'air 
Ne le quittez pas des yeux: 
Car dès qu'il n'a plus rien à faire 
Il caracole dans les cieux. 

Il donne beaucoup de soucis 
À ses parents et à ses maîtres : 
On le croit là, il est ici, 
N'apparaît que pour disparaître. 

comme des presse-papiers 
Il nous faudrait un presse-enfant 
Pour retenir par les deux pieds 
L'enfant si léger que volant

Repost 0
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 16:37

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
Et bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.
À ces mots, le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s'en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute.
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute.
Le Corbeau honteux et confus
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

cr.png

Repost 0